0389692746
La presse en parle - Réserver un taxi en ligne ou par téléphone

La presse en parle

New Taxi 68 veut réinventer le métier

Secoués par les VTC, souvent critiqués, des chauffeurs de taxi du Haut-Rhin viennent de créer l’association New Taxi 68 pour proposer une autre approche du métier, plus qualitative et avec des tarifs fixés dès la réservation. Rencontre avec Didier Forster et Dominique Vivodikova, au siège de l’association à Kingersheim.

Le 16/05/2017 05:00 par Laurent Gentilhomme , actualisé le 15/05/2017 à 23:02
Dominique Vivodikova (au premier plan) et Didier Forster, à l’origine de l’association New Taxi 68. Photo  L’Alsace/ L.G.
Dominique Vivodikova (au premier plan) et Didier Forster, à l’origine de l’association New Taxi 68. Photo L’Alsace/ L.G.

Ce n’est un secret pour personne : actuellement le métier de taxi n’est pas des plus simples, pour cause de développement du phénomène VTC (Véhicules de tourisme avec chauffeur), de plateforme de covoiturage… Deux solutions : râler et bloquer les périphériques ou… s’adapter ! C’est cette deuxième solution que viennent de prendre une vingtaine de chauffeurs du département du Haut-Rhin, en créant l’association New Taxi 68, dont le siège est à Kingersheim.

On retrouve à la tête de cette association le Mulhousien Dominique Vivodikova (président) et Didier Forster (Kingersheim), deux conducteurs de taxi déjà bien implantés dans le métier. « Il ne faut pas se leurrer, il faut que l’on s’adapte » , précise le premier. « Il faut réinventer le métier, redonner aux gens le goût de prendre le taxi » , prolonge le second.

« En face d’un prix, il faut un service »

L’association a pour but la mise en place d’une plateforme de réservation avec des tarifs forfaitaires sans aucun supplément. Le client, lors de sa réservation, est informé du prix de la course. De plus, New Taxi 68 a un maillage de taxi dans le département du Haut-Rhin, ce qui permet de ne pas facturer d’approche. « Mais nous insistons aussi sur le fait qu’il n’y a aucun supplément par exemple pour les bagages. Nous avons une charte contraignante pour le chauffeur, sur la propreté des véhicules, sa tenue… On met des bouteilles d’eau à bord à destination des clients » , poursuit Dominique Vivodikova. « Grâce au système de réservation préalable, le client paye en moyenne 15 % moins cher la course, connaît le tarif avant de partir et le service à bord est haut de gamme. On va par exemple aider les gens à porter leurs bagages jusqu’à l’entrée de l’aéroport. En face d’un prix, il faut un service » , poursuit Didier Forster qui, comme la vingtaine de collègues qui ont rejoint la plateforme, affiche plus de dix années de pratique au compteur. Quelques exemples de prix ? Pour un Mulhouse-EuroAirport, c’est 55 € en journée et en semaine, 180 € pour Zurich et 120 € pour Strasbourg.

Pour les réservations, les clients peuvent réserver via internet ou sur une plateforme d’appel, sont donc informés du prix (là, ils peuvent ou pas confirmer leur course) et comme chaque taxi est géolocalisé, ce dernier reçoit la course sur son application smartphone. « L’association fonctionne depuis un mois et l’objectif est de travailler majoritairement avec des forfaits qui permettent d’être en dessous du tarif préfectoral, donc de proposer des tarifs intéressants pour les clients. » Entre la course classique et le service VTC, les chauffeurs de New Taxi 68 ont décidé de défricher une troisième voie.

PLUS Réservation via le site www.newtaxi.fr ou au 09.72.60.28.90.


Taxi Isabelle, taxi, artisan, grand est, mulhouse, New Taxi

Accueil | Le Journal | Services aux entreprises | Taxi Isabelle, artisan taxi dans le Grand Est

TAXI ISABELLE, ARTISAN TAXI DANS LE GRAND EST

Chauffeur poids lourds pour l’entreprise Béton Michel pendant 13 ans, Isabelle s’est lancée à son compte il y a près de trois ans pour devenir artisan taxi. Si cette Flaxlandaise ne compte pas ses heures, elle ne regrette rien et entend bien continuer à exercer ce métier passion qui, au-delà des chiffres, lui apporte un véritable épanouissement personnel.

L’idée de faire ce métier ne tient pas du hasard, sa mère étant taxi à son compte depuis plusieurs années. Si les démarches n’ont pas été simples au départ, Isabelle a finalement acheté propre véhicule ainsi qu’une licence à Kingersheim. Son entreprise se situe quant à elle sur son lieu de résidence à Flaxlanden.

Artisan taxi : un métier de contact                                    

« J’adore le contact avec mes clients, ils me racontent leur vie, je voyage aussi un peu à travers eux et de véritables liens sont tissés. Mon métier n’est pas comparable avec celui des taxis qu’on prend en gare par exemple, j’essaie vraiment de fidéliser mes clients, dont 60% sont des réguliers » précise Isabelle.

Avec une licence conventionnée par la CPAM, Isabelle transporte beaucoup de malades n’ayant pas besoin de matériel spécifique, pour des soins tels que les dialyses ou les chimiothérapies. « J’ai également des contrats avec des usines et je fais toutes sortes de courses, de Mulhouse à Strasbourg en passant par Lyon ou même Paris. Une grande partie des trajets effectués sont d’ordre médical, et c’est de plus en plus compliqué avec la CPAM qui réduit petit à petit sa participation au transport des malades ».

New Taxi, groupement d’artisans taxis mulhousiens

Elle prépare d’ailleurs, avec Taxi Proxi et en partenariat avec radio Dreyeckland, une action appelée “New Taxi”, le but étant de développer et pérenniser l’activité des taxis indépendants, qui collaborent entre eux et mutualisent leur communication via une centrale de réservation et un site internet commun.

Ainsi, il est possible de réserver un taxi du groupement en ligne (newtaxi.fr) ou par téléphone : 07 81 60 90 92.

En chiffres

« Pour arriver à vivre de ce métier après avoir payé tous les frais de fonctionnement d’une entreprise, il faut tourner à 200 € par jour. Entre la licence qui coûte 27.000 €, une TVA qui est passée de 5,5 à 10% et tous les frais annexes, je fais plutôt des semaines de 50 heures que de 35 et suis disponible 24h/24 ! Quant au tarif des courses, il est imposé par la préfecture et calculé par un logiciel spécifique, tous les taxis sont logés à la même enseigne » explique-t-elle. Avec un salaire net avoisinant les 2.000 €, Isabelle ne se plaint pas mais n’économise pas son temps. Son confort, nous dit-elle, tient surtout à son indépendance.

Besoin d’un taxi? Isabelle vous conduira à votre destination, le sourire en plus.

Alexandra Vallat

Taxi Isabelle
06 18 53 59 72
Appeler le 0389692746 *